Total Institution

Henrick Plenge Jakobsen

Vernissage le 28 avril 2001
Du 29 avril au 24 juin 2001

Des Jaguars vandalisées, une maison d’où s’échappe la fumée d’un incendie, le mobilier plastique d’une classe de maternelle brûlé, une distribution de gaz suspect, ... les pièces d’Henrik Plenge Jakobsen ressemblent plus au casier judiciaire d’un délinquant qu’au parcours d’un artiste. Cependant, si ses pièces en appellent aux notions d’agression, de crainte ou de catastrophe, l’artiste ne cherche pas la simple provocation. La catastrophe est programmée pour ne pas se produire : l’incendie de la maison s’arrête de lui-même, le gaz distribué est hilarant, les élèves ont de nouvelles chaises, quant aux jaguars... La crise d’angoisse n’a pas lieu. Le spectacle reste à bonne distance et n’offre que la structure du drame. Nous en sommes quittes pour quelques prémisses de peur et l’émergence de souvenirs enfouis.

L’émotion dédramatisée devient un mode d’investigation du réel et le rapport particulier que tout un chacun entretient avec elle. Que devient Noël lorsque les boules du sapin annoncent “ Angst ” ? Que deviennent nos désirs lorsque leur cible nous avertit d’un “ Every thing is wrong ” ? Les habitudes sont ainsi mises en doute. L’univers quotidien devient flou, ses certitudes deviennent évanescentes et ses limites - qui semblent si bien connues - ne cessent de nous fuir. Nihilisme ? Non, Jakobsen ne tient pas un tel propos ni un discours généralisant. Sceptique ? Pas vraiment. Le spectateur peut - s’il le désire - emporter en lui quelque chose de nouveau. Cependant, il faut l’avouer, dans ce système de mise en doute, cette nouveauté ne s’accompagne pas d’un progrès.

Il est ainsi difficile de savoir ce que Henrik Plenge Jakobsen nous réserve. Néanmoins, nous pouvons être certains que nous serons les acteurs d’un scénario catastrophe sans blessés, où ni les prises de vues ni les rôles ne seront figés et dont nous ne connaîtrons pas la fin : l’important étant l’envie d’entrer dans son labyrinthe d’émotions et de remise en question.

+ texte

photos: