Les Héros de la pensée

Un projet de Massimo Furlan et Claire de Ribaupierre

Début de la performance: samedi 21 janvier 2012 à 12h00
Fin de la performance: dimanche 22 janvier à 14h00

Curateur: Arthur de Pury

Concept

Le projet “Les héros de la pensée” est en quelque sorte un hommage à Gilles Deleuze. Il met en jeu la forme de l’abécédaire et la question de la pensée engagée et en mouvement, de la collectivité et du collectif (une pensée à plusieurs), sans oublier la question de l’alcool. Il travaille la forme du symposium, de façon littérale: Symposion, signifie étymologiquement (en grec) boire ensemble. C’est-à-dire boire et débattre ensemble.

Ce projet met en évidence la posture héroïque. Qu’est-ce qu’un héros ? Le héros est un guerrier, un homme de combat, dont les qualités principales sont le courage et la ténacité. Il fait preuve d’un caractère exceptionnel qui le conduit jusqu’à ses propres limites, tentant sans cesse de les dépasser. Le héros, ici, c’est la figure du penseur : celui dont les principales vertus sont le langage et la réflexion. Les performeurs de ce projet s’engagent donc à aller jusqu’au bout de leur pensée, au-delà de leur fatigue, au-delà de leur résistance à l’alcool, par-delà leurs limites physiques. Il s’engagent à tenter ensemble de porter le projet jusqu’au bout. Il s’agit de solidarité, de tactique, de ruse, afin de surpasser l’épuisement et l’ivresse : entretenir la conversation le plus longtemps possible, et construire ensemble une pensée vive et inattendue.

Le projet est totalement performatif dans sa forme et sa durée : on ne peut en connaître le déroulement à l’avance, on ne sait pas ce qui va arriver. Le projet peut s’interrompre à tout instant faute de combattants comme il peut atteindre sa durée totale, et se terminer en apothéose.



Déroulement

La performance dure théoriquement 26 heures.

Elle se déroule selon la structure suivante: 26 heures, 26 lettres.

Seules les deux premières lettres sont connues par l’ensemble des participants et communiquées au public : A comme alcool, Z comme zoophilie. Les thèmes ou concepts correspondant aux lettre B à Y seront choisis en fonction du contexte dans lequel se déroule la performance.

Les autres lettres sont déterminées à l’avance mais ne sont pas connues des performeurs qui les découvrent au fil des heures. Ils n’ont donc préparé aucun argument au préalable, et ils doivent réagir en direct. Ils sont six à huit performers: philosophes, anthropologues, historiens, … qui doivent prendre à tour de rôle la parole, converser et échanger sur les concepts proposés.

Après 55 minutes, tous les participants disposent d’un instrument à vent, et ils créent, sous la direction de Massimo Furlan, une pièce musicale de 5 minutes. Ensuite, ils poursuivent la discussion sur le concept suivant. Les cuivres, dont le mode d’émission est le souffle, rappellent le rôle de la respiration et de la voix. La trompette est originairement un instrument lié à la guerre, elle soutient la victoire du héros.

Cet intermède musical est un moment « artistique » qui fait office de récréation, permettant à tous les participants d’inventer et improviser une ligne musicale dans une totale non maîtrise, une pièce collective, forcément comique.

La spécificité de ce symposium consiste en une autre règle particulière: les convives doivent boire régulièrement de l’alcool. Au début l’alcool délie la parole et lui permet donc une certaine envolée. Mais plus le temps passe, plus le corps se fatigue, plus l’ivresse contrarie la parole : la pensée doit lutter pour suivre son développement, pour rester perceptible, pour ne pas s’éteindre. Alors la solidarité entre les différentes performeurs devient plus importante au fur et à mesure de l’épuisement de chacun : il s’agit de se relancer, de ne pas lâcher la partie.

Il s’agit donc d’une performance, tant sur le plan de la pensée que sur celui du corps.

Le corps est malmené par la fatigue, l’alcool, la tension de la concentration: la pensée est en lien direct avec le corps, elle lutte avec et contre lui.



Règles

Les règles sont communiquées aux participants de façon explicite mais elles conservent un caractère ouvert (elles ne doivent pas figer la conversation mais lui permettre de trouver un cadre souple) :

Chaque penseur dispose de deux pauses de 2 heures sur toute la durée de la performance.

Chaque penseur doit être intervenu au moins une fois par heure et sur chaque concept, pour une durée de 5 minutes minimum.

Chaque penseur ne peut pas monopoliser la parole plus de 20 minutes.

Chaque penseur est invité à ne pas s’éloigner du concept proposé.

Chaque penseur est tenu de boire régulièrement.

Une personne avisée aura le rôle d’arbitrer la partie, veillant à ce que toutes les règles soient respectées.

Le public peut suivre l’entier de la performance comme il peut en suivre quelques moments, à toute heure. Il observe, écoute mais il n’intervient pas dans la discussion.



Réalisation

Cette performance sera réalisée dans des pays et des langues différentes (Etats-Unis, Suisse, France, Autriche, Italie), et à chaque fois avec des intervenants différents. Les concepts proposés seront alors en lien avec le contexte théorique et philosophique de ces différents lieux.

La performance sera entièrement enregistrée et retranscrite afin d’imaginer une édition dans chaque langue.



Performeurs: Marc Augé, Serge Margel, Bastien Gallet, David Zerbib, Pierre-Olivier Dittmar, Emmanuel Giraud, Jacques Hainard, Daniel Fabre .

+ texte

photos: Sully Balmassière