Sympathie

Livia Di Giovanna, Frédéric Gabioud, Sara Ivone, Blaise Parmentier, Guillaume Pellay, Belle Poudre*, Marion Ritzmann, Denis Savary,
Anaïs Wenger, Sophie Yerly
*Dirk Bell, Reto Pulfer

Exposition du 22 septembre au 14 décembre 2018

Soirée Performance II
Milieu Propice
Samedi 3 novembre 2018


16h00 Ouverture
18h30 Performance - Anne Sylvie Henchoz (CH) - Don’t Forget to Touch Me (in diagonal)
19h00 Buffet
21h00 Concert - DaVaD MiRoRiM (CH)


Prochains événements de l'exposition:

Soirée Performance III
Carte blanche à Madeleine Amsler & Laurence Wagner
Samedi 1 décembre 2018

Vernissage/Finissage le vendredi 14 décembre 2018 dès 18h30


Don’t Forget to Touch Me est un livre d’artiste conçu par Anne Sylvie Henchoz édité par les éditions TSAR, Vevey et désigné par Marietta Eugster. Il réunit une collection d’invitations et de scénarios pour de futures performances.

La performance est un ensemble de pièces chorégraphiées dans lesquelles les danseurs et musiciens qui les concrétisent utilisent les corps des uns et des autres pour produire des percussions rythmées.

Le paysage mélodique est constitué de sonorités sourdes, dures, parfois douces, produites par la chair et les os.

La pratique polymorphe d’Anne Sylvie Henchoz inclue actions construites, improvisées et narration. Ces éléments se déploient dans des situations conçues comme des cérémonies qui inventent des façons atypiques d’entrer en relation, énoncées par un vocabulaire poétique et chorégraphique.

Performeuses : Anne Briset, Zoé Cornélius, Claire Dessimoz, Zoé Gaillard, Jeanne Laroutourou, Cathy Sarr


DaVaD MiRoRiM

Issus de différentes scènes indépendantes, les membres de DaVaD MiRoRiM (David Ashby, Julien Baillod, Steven Doutaz, Brynjar Thorsson) assument une aire de repos relatif au-delà des genres et des tendances et ne se réclament d’aucun bord. Un chantier en chantier en perpétuelle déconstruction. Son rock, hypnotisme et chaos emplissent un espace sonore plastique et sculptural.


La première exposition imaginée par la nouvelle équipe du CAN est à voir comme une période d’acclimatation. Celle-ci permet aux nouvelles et nouveaux collègues de se familiariser entre eux et de prendre progressivement leurs marques. Accompagnée par un groupe d’artistes et autres collaborateurs sympathisants, l’équipe travaille de concert à la restructuration symbolique du CAN. Cette exposition qui s’étend sur les trois mois de la saison d’automne 2018 est ponctuée par trois événements intermédiaires dédiés à la performance. D’une première situation, où les rôles des salles d’exposition ont été redistribués (un stock, un atelier et un salon ont été installés), l’exposition passera par différents états qui la mèneront jusqu’à une forme finale plus classique. Le rythme créé par le programme de performance fonctionne comme un marqueur distinct que les spectateurs peuvent comprendre comme une invitation à (re)venir découvrir l’exposition. L’intention de l’équipe est de mettre en place un contexte propice, dans lequel des affinités humaines et des influences artistiques peuvent se créer, dans une dynamique de réaction en chaîne. Le temps de montage d’une exposition est généralement un moment d’effervescence où le centre d’art se met à frémir et où des échanges forts se créent entre les participants, mais ce moment n’est généralement pas vu ni vécu par le public. Avec Sympathie, le but recherché est d’inverser la tendance en étirant ce temps, en le rendant plus accessible et en réduisant l’expérience de l’exposition conventionnelle « statique » à une seule soirée, le Vernissage/Finissage, prévue le 14 décembre 2018.